PROFIL AMBASSADEUR – CONSEIL DE PRO – FRANÇOIS LEMIEUX –

-CONSEIL DE PRO-

Une bonne préparation, pour une expédition réussie

Adepte de la randonnée depuis de nombreuses années, j’ai aussi fait de multiples ascensions et treks dans les rocheuses canadiennes. Au cours de ces expéditions, j’ai pu tester des équipements de plusieurs marques et modèles, ce qui m’a permis de définir mes besoins véritables et mes préférences. Suite à cela, je me suis créé une liste que j’utilise maintenant pour préparer le matériel dont j’aurai besoin selon le type d’expédition que je prévois faire.

En 2018, je ferai deux grosses expéditions, chacune comprenant un sommet de plus de 6000 mètres : l’Aconcagua et le Denali.

Le confort avant tout

Une bonne préparation est primordiale pour une ascension réussie. Pour ce faire, je devrai réviser ma liste et l’adapter à ces destinations, car je serai en altitude, même dans les camps de base (on parle ici de 2950 mètres au-dessus du niveau de la mer pour le camp de base de l’Aconcagua). J’opterai donc pour des vêtements chauds en laine de mérinos, des accessoires pour me couvrir la tête, les mains et le cou, une doudoune et des mouflons pour les pieds. J’aurai aussi besoin d’un matelas en mousse sous mon matelas autogonflant pour bloquer le froid provenant du sol. Dans le même état d’esprit, étant donné que le point d’ébullition de l’eau diminue en raison de la pression plus faible en altitude, l’eau mettra moins de temps à bouillir. Je devrai donc recalculer la quantité de gaz à emporter.

Le soin des yeux

En montagne, un facteur important et souvent oublié par les néophytes est la neige. Il est essentiel d’avoir de bonnes lunettes alpines, conçues spécialement pour protéger les yeux contre reflet du soleil sur la neige. Plus on monte en altitude, plus on est proche du soleil. Les rayons sont donc plus forts. Dans un environnement alpin, sans une lunette adaptée, on peut devenir aveugle. Nos yeux ont beaucoup plus de valeur que quelques centaines de dollars…

Piles ou chargeur?

Un autre exemple de matériel qui est sur ma liste est le chargeur solaire compact. Il me servira pour charger la pile de ma frontale ainsi que celle de ma caméra. Ça vous semble superflu? C’est pourtant plus écologique et ça prend moins de place qu’une dizaine de piles par personne. De plus, considérant le froid et le fait que nous partons pour une période d’un mois, le chargeur solaire sera doublement utile puisqu’il sera utilisé par mon coéquipier et moi.

Sac à dos et matériel

Pour pouvoir tout apporter, j’aurai besoin d’un sac à dos d’environ 100 litres. Comme il existe plusieurs modèles conçus expressément pour la haute montagne, je devrai prendre le temps de bien les magasiner et en essayer plusieurs en magasin avant de faire mon choix final. J’aime aussi demander l’avis de plusieurs personnes, que ce soit des amis avec qui je pars ou des personnes ayant déjà fait le même genre d’expédition.

Tester ses achats

Il ne faut surtout jamais partir en expédition avec du matériel neuf sans l’avoir testé et utilisé au préalable! Pour faire des sorties « test », j’adore aller camper et y joindre une petite rando. J’aime profiter de ces moments pour utiliser mon nouveau sac à dos et apprendre comment le remplir, trouver où il est préférable que je place mon manteau imperméable ou ma trousse de premiers soins pour un accès rapide.

Une préparation gagnante

Pour les expéditions de 2018, comme nous serons des groupes de 4 à 6 personnes, nous formerons des équipes de deux. Mon partenaire et moi devrons donc vérifier l’équipement que nous apporterons quant à leur poids, à leur fiabilité, etc., car nous devrons pouvoir nous fier l’un sur l’autre, à 100%, en tout temps.

Avant une expédition, je parle beaucoup avec mes coéquipiers à propos du matériel à apporter, de leurs choix, de leurs recommandations et de leur expérience personnelle en montagne. Nous faisons des rencontres de groupe pour discuter de tous les points qui nous touchent concernant l’expédition ainsi que de la logistique de la sortie de l’avion, au sommet, au retour à la maison. Dans la préparation, il nous faut aussi tenir compte des déplacements, de l’hébergement, des permis, de la nourriture, des cartes, etc.

Il ne faut pas non plus négliger la stratégie d’ascension, car chaque montagne a plus d’une route. C’est à nous de choisir laquelle nous mènera au sommet que nous voulons atteindre.

 

François Lemieux

 

Laisser un commentaire