Ambassadeurs ASM

Pierre Charbonneau

Après des années de compétition en ski acrobatique, Pierre a mis le ski sur pause pour plusieurs années. Cette pause a permis à Pierre de se concentrer sur la photographie et sur le guidage dans l’Ouest canadien et américain. De fil en aiguille, le retour vers le ski s’est fait naturellement avec la patrouille, au Massif de Charlevoix et à Jasper. Avec l’expérience en premiers soins et en contrôle d’avalanche, Pierre est revenu au Québec en acceptant le poste de chef guide à l’Auberge de Montagne des Chic-Chocs, où après 3 ans, il a accepté un poste de gestion à la SÉPAQ.

Durant ces nombreuses années à la SÉPAQ, Pierre a continué à grimper et skier, entre autres dans l’Ouest canadien (Rogers Pass, Wapta & Columbia Icefield, Mt. Lefroy, Bugaboo’s, Donjek trek), en Bolivie, au Chili, en Argentine ou ailleurs dans le monde. Pierre est ambassadeur pour les skis DPS depuis 2015.

FacebookInstagram
Jean-Francois Girard

Les années d’ exploration extérieure m’ ont mené vers l’ introspection , vers le monde intérieur . je me suis rendu à hauteur d’homme de par les cimes et falaises glacées . L’ escalade est ce médium qui habite mes pensées et mon âme si je puis m exprimer ainsi . Il ny a pas un jour sans que je puisse me projeter vers les hauteurs . Je grimpe depuis près de 20 ans déjà et je ne voit pas le temps ou je romperai avec la corde . Je pratique d’ avantage l’ escalade mixte que l’ escalade de rocher . Paradoxalement l’ ont pourrait penser que je préfère l’ art hivernale mais en vrai j’ en ai fait ma discipline faute de temps .

Mon métier d’ élagueur prend les saisons chaude et me laisse la saison froide . Certains disent qu’ ils faut être de son temps et pris aux mots mon temps c’ est l’ hiver ! J’ ai parcouru plusieurs de nos classiques et j’ ai aussi navigué entre elles en ouvrant plus de 75 voies , j’ ai mis des jours à marcher et skier le territoire pour trouver ces perles ruisselantes et gelées. Et sans l’ ombre d’ un doute je continuerai l’ aventure verticale à la recherche de ce qui mets en gestes et sensations ce qui trame dans mon esprit .

Marie-Michelle L'italienne

Pour me présenter simplement, j’ai 30 ans, je viens de Québec et je travaille en tant qu’infirmière en soins critiques de cardiologie. Je suis une fille passionnée de sport et de plein air, mais surtout une mordue d’escalade. Même si je me concentre principalement sur le bloc, j’adore tous les styles d’escalades. Tout a commencé il y a 6 ans, alors que ma date m’avait amené essayer le bloc.

Je me rappelle lui avoir dit que ‘’c’était vraiment fun, mais que ce ne sera jamais mon sport’’. Aujourd’hui, ironie du sort, je fais partie de l’élite féminin en escalade de bloc et toutes mes destinations voyages sont choisies en fonction des sites d’escalades que j’ai envie d’essayer. Je suis devenue complètement accro à ce sport, et ce, pour une multitude de raisons :

L’intellect du sport : Comment résoudre un problème de bloc? Que faire techniquement et physiquement pour réussir des problèmes de plus en plus difficiles? Quelle satisfaction que de réussir un bloc après l’avoir travaillé, pour finalement l’enchainer à la perfection. Une communauté de feu : Les grimpeurs(euses) sont des gens ultra sympathiques toujours prêts à l’entraide. Peu importe le gym ou le spot de grimpe, même dans un autre pays, tu sens cette connexion avec les gens qui trip autant que toi dans ce sport.  Bon, ça peut être tannant quand tu te fais crier un béta après un seul essai sur un problème, mais ça part d’une bonne intention. Les escaladeurs, ce sont des passionnés! J’ai toujours l’impression que nos conversations pourraient durer des heures, et ce même si le sujet est un seul bloc de même pas 2 mètres de haut.Dépassement de soi : Il y a toujours moyen de se dépasser en escalade. Le défi peut être autant mental que physique. Par exemple, la bloqueuse que je suis a sorti de sa zone de confort l’été dernier pour réussir à enchainer du 5.12 à l’extérieur. Développer mon endurance n’a pas été facile, mais la joie et la fierté après coup en valaient les efforts. Des paysages incroyables : Non mais! Cherche dans Google Siurana, Smith Rock ou même Kamouraska et tu vas comprendre. L’escalade permet de profiter des plus beaux paysages que la planète a à nous offrir. La compétition : J’adore la compétition! L’ambiance, la combativité pour réussir, l’entraide entre les compétiteurs et le dévouement des organisateurs, des ouvreurs et des bénévoles, c’est électrisant. Aussi, faire partie d’une équipe, c’est formateur et motivant! Ça permet de se dépasser constamment avec des gens autour de toi qui ont la même passion pour ce sport. Je trouve que c’est un environnement parfait pour se développer et pour dépasser ses limites. Finalement, je suis bien contente que ma date m’ait fait découvrir l’escalade. Qui sait, c’est peut-être la raison pour laquelle nous sommes toujours ensembles aujourd’hui et que nous attendons (on se croise les doigts) une future escaladeuse. D’autres défis à venir! 
Lire la suite
François Lemieux

Aventurier, adepte de sport extrême et guide. Fier ambassadeur auprès de l’agence Stéphane Morin depuis plus de 4 ans. Le sport n’est pas seulement un jeu, mais un mode de vie. Guide d’escalade de glace depuis 2013, tous mes hivers sont consacrés à l’enseignement de ce sport ainsi qu’à mes aventures personnelles.

J’habite la ville de Québec, mon terrain de jeu préféré pour donner mes cours sont les Chutes Montmorency situé à 10 minutes du centre ville. Je travail aussi comme représentant pour la compagnie Xalibu ski. L’été je guide pour Vélo Québec Voyage, j’accompagne des groupes de québécois à l’étranger, qui cherche à découvrir de nouvelle horizon à vélo. Dans mes temps libres j’aime relever des défis et en voici une petite liste :

1) De 2007 à 2011 j’ai fait l’ascension de plus d’une cinquantaine de montagnes dans l’Ouest canadien. 2) 2012 Je me lance dans mon premier voyage à vélo en complètent la Traverser du Canada entre Vancouver et St-John pendant 89 jours, 8000 km. 3) 2014 Je fais la traverser de la Roumanie, Bulgarie jusqu'à Istanbul en vélo. 4) 2015 L’expédition Guidon la route : une traverser Nord /Sud des États-Unis en vélo reliant Seattle à Key West en 112 jours, 8000 km. 5) 2016 Je réalise une TransAltlantique nord en voilier d’Halifax à St-Martin. 6) 2017 Je descente du Grand Canyon en rafting durant 21 jours. 7) 2018 Je tente une expédition au mont Denali (non complété)
Lire la suite
Nicolas Vouillamoz

Bloc, voie, trad, « multipitch », granite, calcaire, grès, volcanique, aventure, performance, « life style »... J’aime l’intégralité de ce qu’est l’escalade.  Passionné depuis mes 16 ans, j’ai cette volonté de grimper jusqu’à plus que 70 ans. C’est avant tout la polyvalence que je recherche en escalade, être bon dans tout !! Il y a bien sûr aussi le voyage et le fait de pouvoir partager nos exploits, rire et grandir avec cette communauté si passionnée... J’ai choisi, en arrivant au Québec, que faire de l’escalade intérieure mon travail.

L’extérieur, je me le garde comme terrain de jeu.Après avoir beaucoup participé aux compétitions d’escalade en France, le coaching et surtout l’ouverture m’ont mené de l’autre côté du rideau et m’ont permis de réaliser un rêve : Vivre de sa passion. Le plus beau ''trip'' parmi tant d’autres, mais celui duquel je me souviendrai longtemps: celui de Valle encantado en terre Argentine. Un site qui porte bien son nom: enchanteur!

Véronique Gosselin

Grimpeuse, enseignante en économie, étudiante au doctorat en sciences de l’activité physique J'ai débuté l'escalade en 2001. Depuis, j'ai grimpé sur des montagnes, falaises et blocs dans une quinzaine de pays différents et exploré l'escalade sportive, traditionnelle, la montagne et le bloc. De la falaise du Tsaranoro, à Madagascar, aux blocs de Hueco Tanks, en passant par les montagnes d’Équateur, je suis toujours ébahie par la beauté des lieux que je visite et des gens que je rencontre.

Il y a cinq ans, j'ai décidé de mettre davantage d'énergie à m'améliorer comme grimpeuse et athlète, et la compétition m'est apparue comme un moyen de m'améliorer, pousser mes limites et reconnaitre mes faiblesses. Ma passion m’a aussi amené à apprécier la beauté des espaces et de la communauté dans ma région et à m’y impliquer, notamment en siégeant au conseil d’administration de la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade et comme bénévole pour ProgressionMTL, un projet communautaire d’initiation à l’escalade. Les valeurs qui me motivent dans ma passion : apprentissage, partage et dépassement de soi, me poussent à balancer mes défis personnels de grimpe et mon implication dans le milieu : j’y puise ma motivation.

Stephanie Dessureault

J'ai commencé à pratiquer l'escalade il y a 5 ans. Au début c’était plutôt de façon récréative, mais depuis 2 ans j'ai ajouté le circuit compétitif des Coupes Québec et des Nationaux au niveau du bloc et de la voie.

En dehors de la saison de compétition, je voyage, ce qui me permet de découvrir de nouveaux sites de grimpe. L'été je préfère profiter du climat Québécois pour explorer, avec mon van, tout les sites de grimpes que notre belle province a à offrir. Pour ce qui est des autres saisons, où l'escalade est moins favorable au Québec, j’en profite pour sonder ce que les autres pays on a nous offrir! Mes dernières découvertes d'escalades ont été: Hawaii ( Oahu), La Thaïlande ( Tonsai et Railay) et la Grèce ( Kalymnos). Dans les prochains mois j’ai aussi prévu la visite du Texas ( Hueco tanks) et de l'Afrique du sud ( Rockland)

J’ai eu la chance de faire un long voyage de 6 mois, où au volant de mon van, j'ai explorée les différents sites à travers le Canada et les États-Unis. J’ai pu faire de l’escalade à Squamish , Skahabluff (Ouest Canadien), Smith rock , Yosemite, Bishop, Joshua tree (Californie) ,Denver (Utah), Golden, boulder (Colorado) et Red river gorge ( Kentucky)

Mes quelques réussites au niveau de l'escalade extérieur cette été, j'ai effectué un flash 12C "the Ginseng " et un onsight 5.12 A/b "shaggin wagon" au Shagg crag dans le Maine. J’ai également fait un onsight 5.12A "Ro shampo" au Kentucky, un send "Chérubin" 5.12A et un Send V8 "impossible" à Smuggle Notch. J’ai quelques autres exploits, dont je ne peux donner de nom ou de grade, puisqu’ils était dans des sites encore en développement! 🙂

L'escalade me passionne, mais je prône beaucoup le multisport et la variété! Je crois que tout les sport peuvent apporter un plus à chaque pratique.

Alors, malgré tout cela, je continue à courir en sentier, faire du vélo de montagne, de pratiquer le surf, le yoga et bien d'autres!

Alexandre Vézina

Je pratique le ski de montagne depuis plusieurs années surtout dans les chic-chocs. Depuis mon plus jeune âge j’ai glissé sur des skis et évoluer en compétition avant de me tourner vers la planche èa neige pendant mon adolescence dans les années 90. Après deux ans de compétition provinciale j’ai continué la planche à neige que pour le plaisir. Plusieurs année plus tard, j’ai passé un hiver dans les alpes française à travailler et à faire de la planche en haute montagne tous les jours. Lors de mon retour au Québec, je ne trouvais plus de plaisir à faire de la planche dans le s centre de ski du Québec. C’est alors que je suis retourné vers les skis. Cette fois-ci en Télémark que j’ai découvert pendant une formation en tourisme d’aventure et écotourisme. Le télémark m’as amené vers les chic-chocs ou j’ai découvert nos merveilleuses montagnes du Québec.

C’est pendant ces années que l’idée de fabriquer des skis m’est venue en collaboration avec Maxime Bolduc maintenant copropriétaire de Xalibu skis avec moi. Donc du télémark j’ai migré vers le ski de montagne pour le plaisir de la glisse et le défis des pentes raides et vierges. Depuis 2012 Outdoor Research et Scarpa sont des partenaires importants pour la compagnie et pour nous personnellement puisque nous profitons d’équipement de qualités. Ce qui permet de pratiquer notre sport avec un plaisir accrus.Au plaisir de se croiser sur les pentes du Mont-Comi, lors d’une démo de nos skis ou en quelque part dans les merveilleuses Chic-Chocs.

Éric Gagné

Je suis devenu complètement accro à la pratique des sports de glisse en très bas âge lorsque mon père et mon grand-père m’ont initié au plaisir du ski. À 17 ans, j’enseignais déjà dans les basses Laurentides. Je travaille depuis dans l’industrie du ski et continue à y partager ma passion de l’hiver et des pistes.

Durant l’hiver 1993-1994, mes pieds enfilaient leur toute première paire de bottes de télémark, des Terminator de Scarpa, le modèle en plastique. Ce fut une révélation. La transition au télémark m’a ouvert un nouvel univers, avec la randonnée alpine qui permet de découvrir de nouveaux sommets et, surtout, le sentiment de liberté que procure la mise à carres avec le talon libre. C’est donc il y a plus de 25 ans que mon équipement de ski alpin a pris le chemin de la retraite.

Ma passion du télémark m’a menée jusqu’à me hisser au rang de l’équipe du Québec, puis à évoluer sur le circuit de la coupe du monde. Impliqué auprès de Télémark Québec durant de nombreuses années, je suis présentement président de Télémark Canada.

Le plein air et les activités de glisse me passionnent toujours autant. J’ai renoué plus intensément avec la randonnée alpine avec l’avènement du nouvel équipement plus léger et performant avec une trentaine de sorties à l’hiver 2018-2019. Ce sport intègre parfaitement le cardio, le dépassement de soi, la liberté et, bien sûr, l’amour de la glisse sur neige. Je m’y prépare entre les saisons en courant dans les sentiers de montagne avec mon club de course.

Aujourd’hui, je me sens privilégié de faire partie de l’équipe d’ambassadeurs Scarpa et fier d’avoir été dans les premiers adeptes de cette marque.

Erinn Locke

Ayant grandi à Terre-Neuve, j'ai toujours été entouré de magnifiques paysages rocheux, j'adorais les escalader, les randonner et skier dessus quand il neigeait. Enfant, je serais toujours pris à essayer de grimper un peu plus haut que je ne l'aurais dû, comme je suis sûr que la plupart d'entre nous l'ont fait. J'ai toujours voulu aller plus loin, grimper plus haut et explorer plus longtemps, alors quand j'ai appris que l'escalade était un sport, je n'aurais pas pu être plus heureux, alors j'ai pris mon escalade à l'intérieur et j'ai commencé à participer à des compétitions tout de suite, je suis tombé amoureux avec l'escalade de compétition et sont en compétition depuis une dizaine d'années maintenant.

J'ai été le premier Terre-Neuvien à aller aux championnats nationaux, et c'est peu de temps après que j'ai commencé à grimper avec Scarpa. À ce stade de ma carrière, j'ai grimpé à travers le pays, à l'extérieur et à l'intérieur, et je suis ravi de voir ce que l'avenir me réserve. L'autre grande partie de ma vie d'escalade est l'entraînement, je suis un moniteur d'escalade certifié ACMG et j'aime avoir la possibilité d'enseigner aux autres amateurs du sport et de leur présenter des choses dont ils ne savaient pas qu'ils étaient capables. L'escalade est un beau sport, des paysages, de la liberté, des découvertes et de la communauté. Je ne peux penser à rien d'autre que je préfère faire.

Zoe Beauchemin

Je m'appelle Zoe Beauchemin et je suis une grimpeuse de compétition de 20 ans. J'ai commencé l'escalade il y a 6 ans et j'ai déménagé de la Colombie-Britannique pour Montréal afin de poursuivre un baccalauréat en commerce en marketing et de continuer à me pousser dans cette escalade en compétition et en plein air.

J'ai commencé à grimper il y a 6 ans et depuis, j'ai pu grimper sur des rochers à travers le Canada, rencontrer toute une communauté d'aventuriers et participer aux Championnats du monde jeunesse 2017 en Autriche. Vous pouvez me trouver en train de m'entraîner dans l'un des gymnases de Montréal, donner des cours d'introduction à Allez Up, réfléchir à la prochaine campagne de marketing chez OnSite ou visiter le plus récent café de la ville 🙂